Étude supplémentaire BC Broekhin

La combinaison de la stimulation et de l’éducation spécialisée est une réussite. Est-ce que les élèves peuvent aussi profiter de la Johansen-IAS sans avoir une éducation spécialisée ? Malheureusement il n’a pas été possible de traiter les élèves dyslexiques seulement avec la Johansen-IAS therapy. La plupart des dyslexiques viennent spécialement à la BC Broekhin pour suivre cette éducation spécialisée. J’ai décidé de leur offrir un soutien différent. Les élèves sont soutenus pour leurs lacunes dans les différentes matières enseignées à l’école. Cela signifie qu’on les aide pour les difficultés qu’ils ont dans les matières spécifiques comme : comment utiliser la grammaire française pour faire les devoirs, comment apprendre le vocabulaire anglais, comment faire un résumé de texte, comment prononcer les mots en allemand etc.

Cette étude a démarré en novembre/décembre 2006 et s’est terminée en février/mars 2008. 10 élèves dyslexiques (autres que ceux du groupe 1 de la première étude) ont participé à cette étude. Ils ont été traités avec la stimulation auditive et un soutien dans les matières générales.

 Résultats

 Le groupe s’est amélioré de façon significative sur les points suivants :

- Déchiffrage
- Orthographe
- Copie rapide
- Dénomination rapide
- Mémoire auditive
- Analyse phonémique
- Compréhension de la lecture (niveau des phrases)
- Audiogramme
- Latéralité (test dichotique d’écoute) gauche et droite.

 Ils se sont améliorées sur les points suivants, mais pas de façon significative :

- Mémoire visuelle
- Compréhension de la lecture (niveau des mots et du texte).

 Conclusions :
Déchiffrage : Les dyslexiques sans éducation spécialisée s’améliorent, surtout sur les mots sans signification et la lecture à haute voix. C’est la confirmation des premières conclusions du Dr Kjeld V. Johansen.

Orthographe : Les élèves s’améliorent également sur ce point, mais il y a une différence entre les groupes. Le groupe de l’étude d’origine montre beaucoup plus d’améliorations. Nous pouvons conclure que la stimulation auditive associée avec le soutien en orthographe montre plus d’effets que sans ce soutien.

Copie rapide : Les élèves s’améliorent de façon significative sur ce point seulement dans la dernière étude. Il n’y a aucune explication à cela parce que dans les deux études ils n’ont pas eu de soutien spécifique pour l’écriture.

Analyse phonémique : Il y a une amélioration significative dans les deux études. Le traitement avec la Johansen-IAS augmente le traitement des sons.

Dénomination rapide : Sur les points suivants le groupe de l’étude supplémentaire s’améliore plus que le groupe de l’étude pilote : Les dés, les images, les mots et les noms de couleurs. Le groupe de l’étude supplémentaire montre un score inférieur pour les couleurs et les nombres. Nous trouvons un score équivalent pour les noms de couleurs et les lettres. En général (moyenne totale) on peut dire qu’il n’y a pas une grande différence dans le traitement de l’information entre les deux groupes.

Mémoire : Le score pour la mémoire auditive et visuelle est très étonnant ! C’est juste l’inverse par rapport à la première étude. Dans la dernière étude la mémoire auditive s’améliore beaucoup (+ 64,5 %) comparé à la première (+ 10,1 %). Mémoire visuelle : dernière étude (+ 3,1 %) et première étude (+ 30,1 %). Je peux seulement deviner la raison de cela. L’accent particulier mis sur l’orthographe ou la lecture pourrait être une des raisons de la petite amélioration pour la mémoire visuelle. En ce qui concerne l’amélioration auditive dans la dernière étude je n’ai aucune explication.

Compréhension de la lecture : Ici aussi des résultats étonnants sont trouvés. Pour le niveau des mots le groupe d’origine de l’étude pilote (+ 9,8 %) s’améliore plus que celui de l’étude supplémentaire (+ 2,5 %). Cela peut être en raison de l’éducation spécialisée. Toutefois comment expliquer le score au niveau des phrases : Le groupe de l’étude pilote (+ 8,2 %), le groupe de l’étude supplémentaire (+ 35,8 %) et le score au niveau du texte : Le groupe de l’étude pilote (+ 25,0 %), le groupe de l’étude supplémentaire (+ 9,0 %). Il serait possible que les différents traitements (offrant des stratégies d’apprentissage) influencent leurs scores respectifs. Les élèves obtiennent probablement une base plus solide en ce qui concerne la compréhension de la lecture grâce à ce traitement plutôt que grâce aux traitements spécialisés que les dyslexiques ont dans notre école.

Audiogramme et latéralité auditive : Bien sûr il y a une amélioration visible sur l’audiogramme. Chaque élève qui suit le traitement montre une amélioration sur ses courbes auditives. C’est étonnant que les tests de latéralité auditive des élèves du groupe de l’étude supplémentaire montrent une amélioration relativement plus importante que pour ceux du groupe de l’étude pilote. D’un autre côté, ils s’améliorent plus sur l’oreille droite comparé au groupe de l’étude pilote. Cette différence n’est pas due à la différence dans le traitement. Il est important que les élèves s’améliorent sur la latéralité auditive. Cela peut avoir un effet positif sur le traitement de l’information. Ce qui, d’un autre côté, peut aider les élèves à avoir de meilleurs résultats scolaires.

 

Website designed by: HeDaCom